Après « Le Discours de la Servitude volontaire !! », d’Etienne de La Boétie, « Le Droit à la Paresse !! » de Paul Lafargue, et en attendant « Au dessus de la Mêlée !! » de Romain Rolland, voici « Le Traité sur la Tolérance !! » de Voltaire, présenté dans les mêmes configurations que les précédents, un texte donné dans le plus simple appareil théâtral, reformaté, réduit dans le dessein de transmettre l’essentiel du sens au public le plus large, en particulier, ici, les élèves, les collégiens.
Quoique l’on pense de l’homme et de son œuvre en général, Voltaire signe indubitablement un texte percutant et admirable, de portée universelle, sur le refus de la Religion quand elle se fait oppression.
Un pamphlet à la valeur indiscutable, donné à discuter ensemble.
A propos d’une vertu ô combien controversée : la tolérance !!
(De Claudel qu’il n’aimait pas, Jules Renard aimait à rappeler ce mot : La tolérance ? Il y a des maisons pour ça… )
Nous vous invitons vivement à prendre connaissance de la mouture ci-jointe.
Nous aimerions réunir un maximum de séances entre le 15 janvier et le 15 février, mais si cela n’entre pas dans votre calendrier, pas de souci pour une programmation ultérieure… 
Au plaisir de recevoir de vos nouvelles !
 

 

VOLTAIRE DANS LE TEXTE…
Mais en bonne foi, parce que notre religion est divine
doit-elle régner par la haine, par les fureurs,
par les exils, par l'enlèvement des biens, les prisons,
les tortures, les meurtres,
et par les actions de grâces rendues à Dieu pour ces meurtres? Plus la religion chrétienne est divine,
moins il appartient à l'homme de la commander;
si Dieu l'a faite, Dieu la soutiendra sans vous.
Vous savez que l'intolérance ne produit
que des hypocrites ou des rebelles: quelle funeste alternative! Enfin voudriez-vous soutenir par des bourreaux
la religion d'un Dieu que des bourreaux ont fait périr,
et qui n'a prêché que la douceur et la patience?

 

"Ce petit globe, qui n'est qu'un point, roule dans l'espace,
ainsi que tant d'autres globes;
nous sommes perdus dans cette immensité.
L'homme, haut d'environ cinq pieds,
est assurément peu de chose dans la création.
Non seulement il est bien cruel
de persécuter dans cette courte vie
ceux qui ne pensent pas comme nous,
mais je ne sais s'il n'est pas bien hardi
de prononcer leur damnation éternelle.
 
Il me semble qu'il n'appartient guère
à des atomes d'un moment, tels que nous sommes,
de prévenir ainsi les arrêts du Créateur.
En vérité, connaissons-nous toutes les voies de Dieu
et toute l'étendue de ses miséricordes?
N'est-il pas permis d'espérer en lui autant que de le craindre? N'est-ce pas assez d'être fidèles à l'Eglise?
Faudra-t-il que chaque particulier
usurpe les droits de la Divinité,
et décide avant elle du sort éternel de tous les hommes?

 
“La fureur qu'inspirent l'esprit dogmatique et l'abus de la religion chrétienne mal entendue a répandu autant de sang, a produit autant de désastres, en Allemagne, en Angleterre, et même en Hollande, qu'en France:
cependant aujourd'hui la différence des religions ne cause aucun trouble dans ces Etats;
L'Irlande peuplée et enrichie ne verra plus ses citoyens catholiques sacrifier à Dieu pendant deux mois ses citoyens protestants, les enterrer vivants, suspendre les mères à des gibets, attacher les filles au cou de leurs mères, et les voir expirer ensemble; ouvrir le ventre des femmes enceintes, en tirer les enfants à demi formés, et les donner à manger aux porcs et aux chiens; mettre un poignard dans la main de leurs prisonniers garrottés, et conduire leurs bras dans le sein de leurs femmes, de leurs pères, de leurs mères, de leurs filles, s'imaginant en faire mutuellement des parricides, et les damner tous en les exterminant tous.